Voeux du Maire à la population 2024

Retrouvez la vidéo des vœux de votre Maire, Jacques Alain Bénisti, à l’occasion de la nouvelle année 2024 !

Vidéo de la cérémonie

Lien vers la vidéo

Transcription du discours du Maire

Mes chers amis,

Je suis très heureux de vous retrouver en ce début d’année 2024.

Tout d’abord merci aux personnalités présentes qui nous ont fait l’honneur d’être là aujourd’hui parmi nous (liste)

Chaque année, on se dit toujours qu’on est content d’en finir avec la précédente et que l’on espère que la nouvelle année sera meilleure.

Et chaque année c’est de pire en pire.

En effet, que retenir de 2023 qui vient de s’achever ?

Guerre en Ukraine, émeutes urbaines, guerre entre Israël et les terroristes du Hamas, montée de l’antisémitisme, catastrophes naturelles… décidément cette année 2023 ne laissera aucun regret.

Si la mort du jeune Nahel a été un drame, mais un drame qui résulte d’un refus d’obtempérer, rien ne justifie le déferlement de violence qui a submergé notre pays. Mairies et maires attaqués, écoles brûlées, bâtiments publics saccagés, sans compter bon nombre de biens privés détruits. Tout ceci est inacceptable et malgré quelques décisions de justice, pour une fois, à peu près à la hauteur, globalement, les autorités publiques ont encore montré leur faiblesse.

C’est pourtant dans ces épreuves que les caractères se révèlent. En effet, à Villiers, nous avons fort heureusement connu nettement moins de dégâts qu’ailleurs car aucun de nos bâtiments communaux n’a souffert. Seuls trois commerces et la poste annexe des Noues ont été touchés non pas par des Villierains mais par des extérieurs. Certes, c’est toujours trop mais par rapport à ce qu’a connu le pays, nous nous en sommes bien sortis.

Mais il n’y a pas de hasard. Nous devons ce bilan d’abord à plusieurs années de politique de prévention active qui crée des liens forts entre les habitants et leurs élus ainsi qu’un fort sentiment d’appartenance à la ville. Déjà lors des émeutes de 2005, notre ville avait été citée en exemple pour n’avoir connu aucun fait majeur alors que le pays était en feu.

A cette politique de prévention, je souhaite associer l’extraordinaire mobilisation de tous les acteurs locaux: la police nationale, les sapeurs-pompiers, nos équipes de médiation et bien sûr la police municipale dont je salue le grand professionnalisme, chacun sachant exactement ce qu’il avait à faire.

J’ai pu d’ailleurs me rendre compte de l’intensité de ces nuits de tension en me rendant à notre centre de supervision urbain et juger par la même occasion de l’utilité et l’efficacité de nos caméras de vidéo-surveillance.

Mais je souhaiterais également revenir sur l’engagement de tous ces pères et mères. Beaucoup se lèvent à 5h du matin pour aller travailler. Et pourtant, ils n’ont pas hésité à sillonner le quartier parfois jusqu’à 2h pour ramener les jeunes, parfois même des enfants, à leur domicile et éviter que ces troubles ne dégénèrent encore plus.

Je les ai d’ailleurs reçus, ainsi que nos forces de secours et de sécurité, afin de leur témoigner la gratitude de la commune.

A travers ces actes de dévouement, je voudrais également saluer l’engagement bénévole de nos secouristes toujours présents sous la houlette de leur Président, Jacques ANGEL.

L’autre événement majeur, ce sont bien évidemment ces attaques immondes et barbares des terroristes du Hamas, les pires vécues par le peuple juif depuis la seconde guerre mondiale. Assassiner des jeunes qui font la fête ou s’en prendre à des enfants ou des vieillards. Quelle lâcheté et quelle désespérance. Je ne reviendrai pas sur ces atrocités qui ont été largement décrites et qui ont conduit à une riposte d’Israël faisant craindre le pire pour l’avenir de la région. Et ce sont encore et encore les populations civiles qui souffraient dejà de l’emprise du Hamas qui subissent les méfaits de cette guerre, le Hamas se servant de ces populations comme boucliers humains. Et aujourd’hui se développe malheureusement un anti-sémitisme décomplexé, porté par une extrême-gauche totalement sortie du champ républicain. Et le paradoxe c’est que de victime, Israël fait aujourd’hui figure de coupable mais quand on sait que le massacre de ces 1400 innocents correspond à 10000 victimes, rapporté à la population française, on mesure mieux l’émotion et le degré de riposte d’Israël face à un mouvement qui n’hésite pas à installer des bases stratégiques dans les sous-sols de ses hôpitaux ou de ses écoles. Nous avons été concernés à Villiers car plusieurs de nos jeunes se trouvaient à Tel Aviv pour célébrer un mariage et se sont trouvés prisonniers des tirs de roquettes et de missiles envoyés sur Tel Aviv ; les faire revenir en France a été très compliqué et ces jours passés à se terrer dans les abris ont été une épreuve pour eux et leurs proches. Je vais d’ailleurs passer la parole quelques instants à Solène et Chloé pour qu’elles vous expliquent les moments difficiles qu’elles ont traversés.

(Témoignage de Chloé et Solène)

Je profite de cet instant pour avoir une pensée pour les victimes d’attentats en France et plus particulièrement celles de Charlie Hebdo qui ont perdu la vie il y a tout juste 9 ans, le 7 janvier 2015. Mais malgré tout, on ne mesure peut-être pas assez la chance qu’est la notre de vivre en France. Certes il nous faut réagir face à cette montée en puissance de la violence et ne pas rester inerte face à ce qui se passe aujourd’hui, certes les considérations individuelles, voire individualistes, les petits procureurs souvent anonymes des réseaux sociaux ne manquent jamais de tout critiquer à tout-va sans pour autant faire la moindre proposition ou s’engager pour la collectivité.

Mais nous prouvons malgré tout que le Politique, quand il est sincèrement en action et pas seulement préoccupé par sa communication, peut faire bouger les choses. J’ai eu dernièrement le Ministre de l’intérieur au téléphone pour lui dire de surtout ne rien lâcher face à ceux qui veulent déstabiliser notre pays mais je lui ai rappelé de faire confiance aux élus de proximité.

C’est, je le crois, le grand avantage que nous, les maires et nos équipes, avons par rapport aux hauts fonctionnaires des ministères de plus en plus déconnectés de la réalité du terrain. Gérald Darmanin a lui-même été maire d’une grande ville et il connaît bien tous ces problèmes. Il sait aussi qu’en politique il faut savoir tenir ses promesses. D’ailleurs à Villiers, alors que nous ne sommes qu’à mi-mandat, nous avons réalisé les trois quarts de notre programme électoral.

Parmi les exemples les plus significatifs, en 2023 nous avons pu assister à l’arrivée des premières rames de notre futur métro et j’ai eu l’honneur de procéder aux premiers essais de roulage entre Champigny et Villiers en compagnie de Clément Beaune, Ministre des transports, Valérie Pécresse, Présidente de la Région et bien sûr avec le maire de Champigny, Laurent Jeanne.

Je vous invite à regarder cette courte vidéo des premiers essais de notre futur métro :

Après avoir porté à bout de bras ce projet de Loi à l’Assemblée Nationale, et m’être battu pour obtenir notre gare du Grand Paris à Villiers, je m’étais battu aussi pour que le Centre d’Entretien et de Maintenance de ces rames et le poste de commandement de la ligne 15 soient implantés à Champigny, en bordure immédiate de Villiers.

Ces premiers essais apportent un démenti cinglant à ceux qui ne croyaient pas au projet et qui, pour certains, fort heureusement, très minoritaires, contestent l’interconnexion entre le RER et le Métro. Pourtant, cette interconnexion diminuera la circulation sur l’autoroute A4 de 70.000 véhicules par jour et permettra à des milliers de voyageurs de prendre le métro sans passer par Paris. Et à vous Villiérains, en plus de la desserte RER E qui ira d’ailleurs prochainement jusqu’à la Défense, de pouvoir prendre la ligne P qui s’arrêtera désormais à Villiers et vous mènera jusqu’à la gare de l’Est, vous offrant ainsi une destination supplémentaire dans Paris. De plus comment imaginer un seul instant faire venir des entreprises sur ce site ou le palais des congrès sans qu’il ne soit raccordé directement à Paris ? Je dois dire qu’à part chercher de vaines polémiques pour montrer qu’ils existent, je ne comprends pas l’intérêt de ces quelques élus de notre commune à s’acharner à dénigrer notre ville et surtout refuser de vous simplifier l’existence. Vous avez d’ailleurs été nombreux à me faire part de votre incompréhension et de votre indignation face à ces comportements irresponsables.

Cette desserte exceptionnelle de transport verra le jour au sein d’un nouvel éco-quartier exemplaire. Le 17 octobre dernier, en présence d’Olivier Capitanio, Président du territoire et du conseil départemental et de Laurent Girometti, directeur général d’EPAMARNE, nous avons procédé au lancement des travaux de Marne-Europe avec la création des réseaux d’assainissement qui précéderont celle des nouvelles rues. Nous avons dépollué cette ancienne décharge où les entreprises de la région pendant 30 ans venaient déverser toutes les pollutions toxiques les plus redoutées : Amiante, hydrocarbures et j’en passe sur ce terrain. Le montant exorbitant de 71 millions d’euros pour dépolluer a été pour nous un vrai challenge à financer alors que cela incombait d’abord à l’Etat puisqu’il en était le propriétaire. Mais nous y sommes arrivés et une fois de plus ça n’a rien couté à la ville et ce nouveau quartier pourra enfin émerger à commencer par le futur jardin métropolitain, un nouveau parc de plus de 2 hectares où mille essences seront plantées. Mes chers amis, toutes ces actions ce sont des actions écologiques concrètes et efficaces. Ce ne sont pas des paroles en l’air qu’on a l’habitude d’entendre par les soi-disant écologistes qui nous disent notamment pour le bois st Martin de ne pas marcher à plus de 6, ou de ne pas rouler en vélo ou avec une poussette de peur d’écraser un insecte en voie de disparition. Nous, nos actions en matière d’écologie sont concrètes et efficaces et surtout elles ne sont pas punitives.

Je vous laisse voir une deuxième vidéo qui vous permettra de découvrir l’identité de ce quartier à travers son nouveau logo mais aussi l’ambiance guinguette qui y sera développée. Comme vous avez pu le voir l’important pour moi c’est de tirer les villiérains vers le haut et non vers le bas comme certains opposants voudraient le faire. 6000 emplois sont prévus sur ce site et permettront à beaucoup d’habitants de trouver un travail à proximité de leur domicile et ainsi leur changer la vie. C’est l’avenir que nous vous préparons. Mais il faut aussi ne pas oublier son passé et défendre notre identité.

Vous pouvez le voir sur les différents bandeaux qui ornent la salle, en 2024 notre ville va célébrer son millénaire puisque le premier acte faisant référence à notre ville date de 1024.

Tout au long de l’année, nous vous proposerons des événements qui marqueront les différentes périodes que notre ville a traversées, les personnages qui sont passés par Villiers ou qui y ont vécu, aussi divers que Richard Wagner ou bien sûr, Louis de Funès. Je tiens à remercier ici l’ensemble des services municipaux, des associations, des Villiérains qui travaillent au quotidien sur ce projet mémoriel conséquent. Remercier également nos historiens, Daniel Poisson et Danielle Abraham-Thisse qui, à travers son association historique Guillaume Budé, proposera prochainement une immense frise historique dont vous voyez une partie des éléments défiler sur cet écran.

1000 ans, ce seront autant d’occasions de se retrouver autour de reconstitutions historiques comme la venue du Président Félix Faure en 1896 et de la Reine Amélie du Portugal en 1903, mais aussi du repas des 1000 qui se déroulera en septembre avec l’association des 3 grappes, de manifestations culturelles comme cet hommage à Boieldieu qui a composé, à Villiers, la célèbre Dame Blanche, qui fut l’opéra le plus joué au monde, et tant d’autres événements.

En écho à ce millénaire, mercredi prochain, le 10 janvier, ce sera le 200ème anniversaire de la naissance de Paul Remoiville dont la place juste à côté porte le nom et qui a été maire de Villiers pendant 9 ans, mais aussi député de Seine-et-Oise.

Cette histoire, dont nous sommes si fiers, nous devons la préserver et la transmettre à travers nos réalisations, que nous portons pour répondre aux besoins de la population mais aussi aux intérêts de la ville.

Vos besoins, ils sont identifiés et, comme vous le savez, je suis quotidiennement à votre rencontre.

A Villiers, comme dans le pays, la préoccupation première c’est la sécurité. La réunion du Conseil de Sécurité le 4 octobre dernier avec le procureur de la république a mis en évidence des chiffres meilleurs à Villiers que dans le reste de la circonscription. Ainsi, quand les atteintes à l’intégrité physique augmentent de 42% sur la circonscription, elles baissent de plus de 4% à Villiers. Pour autant je ne me satisfais pas de ces données. Par exemple, la délinquance a augmenté de 6%, certes beaucoup moins que dans la circonscription avec +20%. Cela signifie que les moyens que nous avons déployés avec le doublement des effectifs de la police municipale et l’augmentation du nombre de caméras sont efficaces. Je le disais tout à l’heure en parlant des émeutes, ces renforcements de moyens portent leurs fruits mais ne sauraient suffire sans le soutien de l’Etat. Une réponse policière qui implique des moyens supplémentaires nécessaires. Malheureusement, alors que la population de nos six communes a augmenté, les effectifs de Chennevières sont les mêmes depuis 1995. Et une réponse pénale qui n’est pas à la hauteur. Même si nous avons la chance depuis un an et demi d’avoir un excellent procureur, les magistrats continuent de conduire une politique pénale laxiste, en témoigne le simple sursis infligé à l’auteur de l’incendie de la mairie de Villeneuve-le-Roi ! Tant que l’Etat se limitera à une politique de communication, dur en paroles mais faible en actes, nous, Maires et vous, citoyens, seront confrontés à ces comportements qui nous pourrissent le quotidien.

Tout au long de l’année, nous formons également nos agents municipaux aux valeurs de la laïcité et de la République car c’est aussi par là que se forge le respect de nos institutions et de nos autorités. Cette politique innovante nous avait valu la visite et le soutien du Ministre Stanislas Guérini qui est venu à l’Escale découvrir toutes les actions que nous développons en la matière.

Quant à nos collégiens, 500 d’entre eux ont pu se familiariser aux métiers de la police et de la sécurité grâce à l’opération « Prox Raid Aventure », là encore en présence de deux Ministres, Sonia Backès et Isabelle Rome curieuses de découvrir aussi ce que nous développons à Villiers.

L’intégration, la citoyenneté, c’est aussi la maîtrise de la langue française. Chaque année, le centre social forme une quarantaine de personnes dans le but de leur permettre de maitriser notre langue et d’être autonomes notamment pour les recherches d’emploi. Le 12 décembre dernier, ce sont ainsi 38 lauréats qui se sont vus remettre leur diplôme et dans le même esprit, la dictée géante organisée par Rachid Santaki, celui qui a organisé la méga-dictée sur les Champs Elysées, a réuni plus de 500 personnes. Vous le voyez Villiers constitue un véritable laboratoire d’idées dans tous les domaines d’insertion de réinsertion de prévention et surtout d’intégration. Depuis la création de l’Escale ce ne sont pas moins de 24 ministres 4 premiers ministres qui se sont déplacés pour y puiser des remèdes aux différentes crises qui ont traversé notre pays.

En fait, à travers ces événements fédérateurs et rassembleurs, nous contribuons de manière ludique et conviviale à valoriser le vivre-ensemble.

Notre jeunesse, qui constitue notre avenir, c’est sur elle que nous devons miser pour préparer un avenir plus serein.

Permettez-moi tout d’abord de saluer notre nouveau conseil municipal des jeunes, élu le mois dernier et qui sera officiellement intronisé lors du prochain conseil municipal.

J’invite à monter sur scène les membres du CMJ élus tout dernièrement et qui seront officiellement intronisés lors du conseil municipal du 5 février prochain : Alexis BERNARDON , Elyssa CHAABANE, Elise DALIBARD, Nathan DE MATOS, Matthieu DUCROS, Diane TOMILENKO, Rodley CALIXTE, Nathan RESLINGER, Shahinez GUICHAI

Ils ont décidé de s’engager, pour porter des projets, faire figure d’exemple auprès de leurs camarades et ce sont ce que j’appelle des « leaders positifs ». Je tiens sincèrement à vous féliciter mais aussi à féliciter l’équipe sortante qui a mis en place entre autres des maraudes en faveur des SDF, un skate-park éphémère, participé à l’opération « Nettoyons la Nature » ou encore à l’installation de ruches au parc Michot. J’avais eu le plaisir de leur faire visiter le conseil départemental en juin dernier.

Notre jeunesse qui a également inauguré le premier forum des métiers le 13 février dernier où plus de 600 collégiens se sont rendus.

La jeunesse, c’est aussi le sport. Vous le savez, la qualité de nos infrastructures nous a permis d’être labellisés Terre de Jeux et Centre de Préparation aux Jeux et d’accueillir plusieurs délégations sportives, notamment les meilleures équipes mondiales de tir à l’arc : Taïwan, Malaisie, Singapour, Corée… Mais ce n’est pas tout. Notre ville a accueilli également les finales de coupes départementales de football. Une reconnaissance sportive car, lors de l’inauguration de notre deuxième terrain synthétique, le président du district avait rappelé que pour connaitre les installations des 47 villes du département, c’est à Villiers que les clubs disposaient des meilleures conditions d’entraînement et de jeu.

D’autres réalisations ont vu le jour comme la rénovation des dojos des gymnases Yves Querlier et Géo André, la rénovation thermique totale du gymnase Géo André qui a fait peau neuve… Et permettez-moi de saluer tout particulièrement nos filles du rugby, les coyotes, qui évoluent au deuxième échelon national. Elles sont montées grâce au désistement du club de Tarbes mais aussi, là encore, grâce à la qualité de nos infrastructures que l’actuel Président de la fédération française de rugby, Florian Grill était venu visiter en personne et qui a fait pencher la balance en faveur de notre équipe. Cette année, ce sont des équipes prestigieuses comme La Rochelle, Perpignan, Toulon, Clermont, Brive… qui viendront fouler la pelouse d’Octave Lapize.

Le sport, c’est aussi la santé ! L’Ile-de-France, première région économique d’Europe est également et paradoxalement le premier désert médical de France. Villiers n’a pas échappé à la règle. Je parle au passé car, grâce à la dynamique que nous avons impulsée, une page est en train de se tourner. Le 9 juin dernier, un cabinet de deux généralistes a ouvert ses portes dans des locaux mis à disposition par la municipalité. Un cabinet situé route de Champigny ouvre progressivement ses portes. Il compte à ce jour pas moins de 17 nouveaux généralistes et 4 kinés. Arriveront au cours du mois de janvier un gastro-entérologue, un pédicure podologue et en février un cardiologue et un dermatologue. Enfin, vous pouvez tous voir les travaux en cours dans les locaux de l’ancien cabinet de kinés Madec rue Bernier où nous accueillerons là aussi 3 généralistes, 2 ophtalmos et un urologue .

Là encore, vous le voyez, la volonté politique paie ! Rien ne sert de bavarder avec les sempiternels « Yaka Faukon ». Seule l’action compte comme me le rappelait à ce sujet le directeur de l’ARS.

Enfin, j’ai décidé d’associer la ville au projet de la mutuelle proposée en partenariat avec la Région Ile-de-France. Cela vous permettra d’obtenir des montants de prime nettement moins élevées eu égard au nombre plus importants d’affiliés.

Vous avez déjà été nombreux à vous rendre aux permanences de l’ESCALE. Dans un contexte économique tendu où il est de plus en plus difficile de se soigner et où les Français sont de plus en plus nombreux à faire l’impasse sur leur couverture santé, là encore, les collectivités territoriales, la ville et la Région se mobilisent pour vous aider !

La santé est un élément essentiel du cadre de vie car elle contribue à l’attractivité du territoire.

Mais le cadre de vie, revêt bien des aspects les plus variés.

A dix kilomètres de Paris, au sein d’une métropole qui s’étend et s’urbanise, nos villes doivent trouver un équilibre.

Villiers n’échappe pas à la règle mais j’assume cette politique d’urbanisme pour plusieurs raisons :

Tout d’abord, c’est la Loi qui nous impose de construire et qui favorise ces constructions. La Loi ALUR de la ministre écolo Cécile Duflot a supprimé le COS et les surfaces minimales de terrain pour construire. Donc, chaque parcelle peut donc être urbanisée. Vous le voyez, Villiers n’est pas la seule ville concernée. Prenez simplement la direction du Plessis et voyez par vous-mêmes. Sauf qu’à Villiers, j’ai obtenu du Préfet de préserver les quartiers pavillonnaires et de ne construire que sur les grands axes, les zones denses (la gare, le centre) et les zones mixtes (les Morvrains, les stades…)

Ensuite, il faut répondre à la demande de logements. Plus de 2000 demandeurs dont 1100 sur Villiers ! Les élus, notament de gauche qui hurlent contre les nouveaux logements habitent eux dans les quartiers résidentiels que nous avons protégés et sont à l’abri, ils n’ont pas de problème de logement je vous rassure et ils se moquent par pur égoïsme de ceux qui sont en recherche. Notre objectif est clair : Permettre aux familles villiéraines qui sont actuellement dans des logements locatifs sociaux et qui n’ont plus rien à y faire car leur situation a heureusement évolué, de devenir propriétaires dans le dispositif d’accession sociale à la propriété BRS et de récupérer leurs logements pour les attribuer aux demandeurs villiérains. C’est ce qu’on appelle un dispositif gagnant-gagnant qui tire les populations vers le haut. C’est sûr, nous n’apporterons évidemment pas satisfaction à tous mais il faut en tenir compte et je constate que ceux qui, parmi les associations font des recours, ont souvent été les premiers à être bien contents de venir s’installer dans une résidence neuve.

Enfin, nous avons à Villiers beaucoup d’habitations dégradées, que j’appelle souvent les verrues dans la ville et chacun peut observer que les nouvelles résidences qui les remplacent sont de qualité et rehaussent aussi le cadre de vie de notre ville. Qui regretterait aujourd’hui l’ancien Super U ou encore les anciennes bâtisses du bas de la rue de Cœuilly hormis bien sûr ces inconditionnels qui se complaisent dans la médiocrité du passé.

J’ajouterais pour conclure que c’est le Préfet lui-même qui constatait que le PLU de Villiers protégeant nos quartiers verts était, je le cite, « contraire aux objectifs de densification du Schéma Directeur de l’Etat ». En clair, l’Etat estime que nous ne construisons pas assez !

Alors, malgré ces contraintes et obligations imposées par la Loi, nous préservons malgré tout notre cadre de vie. D’abord ces centaines de jardins que nous avons préservés et ensuite les 13 parcs et squares créés depuis mon élection, le dernier étant le parc Friedberg d’1 hectare sans parler de l’acquisition du parc Michot ou de l’ouverture des 280 hectares du Bois Saint Martin au public, ça ce sont des réalités! J’évoquais tout à l’heure le futur jardin métropolitain de Marne-Europe. Il faut savoir aussi que les 51 premiers projets «d’inventons la Métropole» créaient 20 hectares d’espaces verts. Cela signifie qu’à nous seuls, avec deux hectares nous avons créé 10% des espaces verts sur ces 51 sites !

La ville a également participé au plan départemental des 50000 arbres avec une première tranche de 66 arbres plantés dans différents parcs de la ville. Nous allons poursuivre ce partenariat.

Egalement, et avec le concours du Conseil Municipal des Jeunes mais aussi de l’association « Happy Culture », nous pourrons bientôt goûter au miel de Villiers grâce aux ruches implantées dans le parc Michot.

La défense de notre environnement doit aussi nous conduire à des pratiques plus vertueuses. C’est ainsi qu’après la Maison de la Famille nous avons procédé, je le disais tout à l’heure, à l’isolation thermique du gymnase Géo André et que nous réaliserons ensuite la même opération sur le bâtiment de l’ESCALE. Outre le fait d’agir sur le plan climatique, ces opérations génèrent des économies de fonctionnement indispensables pour les finances de la ville.

Nous avons également lancé avec le territoire le défi des familles zéro déchet. Cette expérience menée avec 27 familles volontaires a permis de réduire d’une tonne leurs déchets, ce qui représente à l’échelle de la ville un potentiel de 640 tonnes de déchets évitées et autant de gaspillage alimentaire en moins.

Enfin, le cadre de vie, c’est aussi pouvoir se déplacer. Il y a évidemment les travaux classiques de voirie comme la réfection complète de la rue Entrocamento mais nous avons lancé un plan vélo sur trois ans. Il faut rester lucide. La vision la plus extrême qui consiste à réclamer des pistes cyclables partout est absolument irréaliste. 2m50 de large pour une piste à sens unique, 3m50 à 4m pour une piste à double sens sont les normes imposées par la loi. A moins de raser toutes les habitations le long des parcours, la largeur de nos voies, le plus souvent anciennes, ne le permet pas et ceux qui, par exemple, vous promettent une piste sur l’avenue André Rouy vous mentent et sont totalement irresponsables. C’est pourquoi, le plan vélo qui a été travaillé avec des associations indépendantes reconnues, propose plutôt de réaliser des aménagements qui permettent une meilleure cohabitation avec les automobilistes en évitant les grands axes. Là encore ce sont le pragmatisme et le principe de réalité qui doivent l’emporter sur la démagogie et le simplisme.

Ce plan vélo doit vous permettre de mieux vous rendre dans les commerces Villiérains.

Le 8 novembre dernier j’ai pu obtenir une aide financière de 500.000 € par la Métropole en reconnaissance du travail de revitalisation de notre ville et d’accompagnement de nos commerçants. Par exemple, nous pourrons ainsi mieux mettre en œuvre le droit de préemption commercial qui permet à la ville de se porter acquéreur de fonds de commerce afin d’éviter que n’importe quelle activité ne s’installe. Prochainement, nous équiperons les commerces les plus exposés de kits de sécurité reliés à la police municipale.

La ville, vous l’avez vu, a largement contribué à la reconstruction du nouveau Super U en lieu et place de l’ancien magasin totalement dégradé, nous avons également accompagné l’installation de commerces en centre-ville comme Cooking Nana, l’épicerie Eli et Kim ou encore la Vie Claire, autant de commerces de qualité qui renforcent l’attractivité commerciale de la ville. Et désormais, vous pouvez vous faire livrer vos courses grâce à Villiers Of Courses, un service totalement gratuit, financé par la ville et organisé par Val de Brie Emmaüs. 200 Villiérains se sont déjà inscrits pour en bénéficier et en plus cela permet de faire de l’insertion professionnelle en offrant une vraie opportunité aux livreurs.

Enfin, un mot sur la culture. De gros travaux ont été menés ou sont en cours. Je pourrais la réfection du sol de cette salle des fêtes ou le hall du cinéma actuellement en cours mais deux grosses opérations nous ont particulièrement mobilisés.

La rénovation du musée, avec le territoire qui a financé d’importants travaux de réhabilitation et notamment la création d’un ascenseur pour les personnes à mobilité réduite. Ce musée retrouvera bien sûr sa vocation historique avec l’association historique Guillaume Budé mais abritera désormais une Micro-Folie. La Micro-Folie, c’est un dispositif qui permet un accès numérique aux collections des plus grands musées du monde entier. C’est une porte ouverte sur la diversité des trésors de l’humanité : Beaux-arts, architecture, cultures scientifiques, spectacle vivant…

Et, selon la Villette qui porte ce projet, nous serons les seuls en France à accueillir une Micro-Folie au sein d’un musée historique alors que traditionnellement ce genre d’équipement trouve sa place dans des médiathèques, centres sociaux, voire centres commerciaux. Notre Micro-Folie ouvrira avec le musée au printemps et j’espère que vous serez nombreux à vous y rendre.

Le deuxième gros sujet culturel, c’est le sauvetage de nos studios de Bry-Villiers. Je dis bien « Bry-Villiers », car ces studios, et notamment les ateliers de décors ainsi que les plateaux de tournage sont situés pour une large partie sur le territoire de Villiers. Un temps menacés, leur rachat par Axa et le producteur Guillaume de Menthon va permettre à ces studios, qu’Orson Welles lui-même considérait comme les plus beaux du monde, de se développer. En effet, le site de Bry-Villiers accueille déjà aujourd’hui à lui seul la moitié des tournages de longs-métrages en studio réalisés en France. Intégrés au pôle images que nous sommes en train de constituer avec l’INA (à Bry), ces studios pourront devenir une référence européenne et même mondiale.

Là encore, le travail politique des élus et des collectivités a été essentiel dans la réussite de ce projet. Je tiens vraiment à saluer et remercier l’engagement sans faille de Valérie Pécresse, notre Présidente de la Région, d’Olivier Capitanio, Président du Conseil Départemental et du Territoire Paris Est Marne et Bois et tout particulièrement de Charles Aslangul, Maire de Bry, qui est aussi investi sur ce projet que je le suis pour Marne-Europe. Et je dois dire que pour un tout jeune Maire qui découvre la fonction, cela ne l’a pas empêché de se jeter avec enthousiasme et brio dans ce combat difficile.

Vous le voyez, une fois encore la liste des réalisations est grande ! Et pourtant, année après année, l’Etat se désengage de ses prérogatives sur les communes et leur retire petit à petit leurs moyens de subsistance. La taxe d’habitation supprimée n’est pas intégralement compensée contrairement à ce qu’on voudrait nous faire croire ; nos dotations diminuent d’année en année, la perception de la taxe d’aménagement a été modifiée, entrainant une perte estimée à 150.000€ pour 2024 et c’est même une suppression partielle de la taxe foncière qui avait été envisagée mais le combat des élus et notamment de l’association des maires du Val-de-Marne a permis de conserver cette ressource sans laquelle nous ne pourrions pas fonctionner. En contrepartie, on demande toujours plus aux collectivités : financements des crèches, des écoles, des cantines, des animations, de la voirie… avec toujours plus d’exigences et surtout plus de contraintes. Et puis, nous assurons les missions régaliennes que l’Etat défaillant n’est plus en mesure de conduire lui-même : la sécurité, la santé, la transition écologique, quand il ne s’agit pas tout simplement de pallier la disparition des services publics. Alors l’Etat a créé « France Services ». Un guichet unique de permanences à l’ESCALE. La ville de Villiers a été la première commune du département à accueillir France Services. Au départ, l’Etat devait s’occuper de tout et notamment du personnel. Et bien c’est faux. Ce même Etat qui nous reproche une masse salariale trop lourde nous a obligé à recruter deux agents pour assurer cette mission, certes essentielle, mais une fois de plus non prise en charge et si ce service fonctionne si bien, c’est d’abord grâce à la ville.

Voilà, mes chers amis, la réalité de ce que vivent les collectivités. Mes collègues ici présents et tous les autres maires, qu’ils soient de droite ou de gauche, pourront malheureusement vous confirmer cette situation.

Cela ne peut plus durer et je dirais même que cette situation est contraire à la Constitution qui détermine le principe de libre administration des collectivités, aujourd’hui allègrement piétiné.

Et pourtant, entre 2019 et 2022 nous avons baissé vos impôts fonciers 4 années de suite. Je pense que ce doit être un cas unique en France. Il est désormais impossible de poursuivre sur cette voie compte tenu de ce que je viens d’énoncer mais nous arrivons malgré tout à maintenir les taux.

Ceux qui paient des impôts fonciers ont vu leur taxe augmenter de plus de 7%. Cette augmentation est due à la seule décision gouvernementale d’augmenter les bases. La ville n’a pas augmenté ses taux, elle a même diminué son taux de la taxe sur les ordures ménagères. Alors quand le Président de la République a osé dire à la télévision le 24 septembre dernier que « quand vous avez votre taxe foncière qui augmente, c’est pas le gouvernement, c’est votre commune qui le décide ». Et qu’il ose ajouter : « C’est un scandale quand j’entends des élus qui osent dire que c’est la faute du gouvernement. » Mais Monsieur le Président, le scandale, c’est quand vous osez tenir ces propos, ne pas assumer les hausses que VOUS décidez et que VOUS faites supporter aux Français alors que 85% des Maires ont fait le choix de ne pas augmenter les impôts !

Je vous prie de m’excuser d’avoir été un peu long mais je tenais à dénoncer non seulement ces pratiques mais aussi les mensonges du Président de la République.

Mais ces difficultés ne nous empêchent pas de voir grand pour notre ville car le grand dessein d’une ville, d’un maire et de ses équipes, c’est d’être visionnaire et de préparer l’avenir. C’est ce que nous faisons avec ce projet tellement ambitieux du Grand Paris et de Marne-Europe qui prépare l’avenir des générations futures.

Mais d’autres réalisations vont voir le jour.

Je citerais, après l’agrandissement de l’école Jules Ferry en 2022, le lancement des études pour l’agrandissement de l’école Jeanne et Maurice Dudragne et celui de l’école Jean Jaurès qui s’inscrira dans la métamorphose du quartier des Ponceaux, tant réclamé par les habitants avec également la reconstruction totale du gymnase Léo Lagrange, tout ceci étant financé par le promoteur qui mène ces opération d’aménagement en cours et donc sans impact sur vos impôts.

Un autre projet majeur qui va voir le jour avec nos voisins de Bry et Noisy : la géothermie, avec un puits de forage sur notre territoire.

La géothermie profonde est une source d’énergie renouvelable et faiblement carbonée, contribuant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Son développement permet d’amorcer la transition énergétique vers une ville durable et résiliente.

Et pour vous, Villiérains, la géothermie profonde offrira des coûts énergétiques plus stables en comparaison avec les récentes envolées du prix du gaz.

C’est un investissement d’avenir. Là aussi, nous préparons la ville des années 2050, 2060 car sans négliger le quotidien, et je vous ai montré combien je suis attaché à vous apporter des réponses concrètes dans votre vie quotidienne, il est également nécessaire de voir loin pour préparer l’avenir de nos enfants.C’est un projet écologique qui vient s’ajouter aux autres que je viens d’énumérer. Là encore ce ne sont pas des paroles mais des actes.

L’évolution de notre ville depuis 1000 ans mais plus particulièrement depuis le début du 20è siècle démontre à quel point cette vision d’avenir est nécessaire.

L’arrivée de l’électricité, la viabilisation des routes, la création des écoles, des gymnases, la naissance de nouveaux quartiers sont à porter au crédit de mes prédécesseurs. Je citais tout à l’heure Paul Remoiville, mais Emile Bernier, Léon Dauer, André Rouy ont, chacun à leur manière façonné la ville telle qu’elle existe aujourd’hui, une ville qui compte désormais, selon le dernier recensement, 30818 habitants. L’INSEE a enfin rectifié ses erreurs de calcul des dernières années.

Etre maire est une tâche exaltante mais exigeante. Il faut toujours être à l’avant-garde, se battre pour que notre commune tire son épingle du jeu, chercher des financements, tout cela pour vous dire que si la critique est aisée, l’art est difficile et les mensonges, les polémiques inutiles, quand ce ne sont pas les agressions contre les élus sont inacceptables. Plus de 13000 élus dont 1200 maires ont démissionné depuis 2020. Ce sont souvent des élus de petites communes, des bénévoles, qui donnent leur temps pour le service public et l’intérêt général et ne récoltent en retour que de l’ingratitude. Je voudrais les assurer de mon plein et entier soutien. Quant à moi vous me connaissez, je ne suis pas du genre à me résigner, je vais continuer à me battre pour vous, pour Villiers en 2024 mais aussi dans les années qui viennent !

Avant de nous quitter je souhaiterais honorer deux personnes. Car nous, les politiques, si notre rôle est prépondérant, nous ne pouvons rien faire sans l’engagement de nos bénévoles.

Je vais donc appeler tout d’abord Bernard Philipps. En 1980, Bernard Philipps inscrit ses deux fils au club de Judo de Villiers Sports Jeunesse. Dès lors, il s’engage pour les jeunes et pour le sport. En 1985, il prend la présidence du club de judo. Avec son épouse, ils organisent la section qui compte à l’époque 33 licenciés dans des locaux rue de L’église appartenant à la paroisse. Son engagement sans faille, l’accompagnement des jeunes, des familles, sa rigueur et son sérieux font grandir cette section au fil des années. En 1999, le club s’installe au gymnase Géo André et les jeunes peuvent s’entrainer dans un dojo de 250 m2. Aujourd’hui ce sont plus de 350 licenciés qui pratiquent au sein du Gymnase Géo André. Il restera président du Club de judo jusqu’en 2003 puis trésorier jusqu’en 2023. Un grand nombre d’enfants et de parents le reconnaissent, M Philipps c’est la bienveillance, une gentillesse extrême, toujours là pour aider et même s’occuper des enfants qui attendent les parents. C’est le visage du judo à Villiers, présent aux inscriptions, dans les cours et aux compétitions. Comptable de formation, c’est en 1989 qu’il devient trésorier de Villiers Sports jeunesse qui comptait 8 sections. Il y restera bénévolement jusqu’en 2023 soit 34 ans ! Villiers Sports Jeunesse c’est plus de 1700 licenciés ! Il tient les comptes, fait les fiches de paies de plus de 20 salariés, les déclarations tout en continuant son investissement au club de Judo. Il s’est même formé au prélèvement à la source ! A bientôt 90 ans (le 15 janvier) il continue à se rendre à la salle de judo mais dans un tout autre rôle pour son petit-fils Gabin.

Ensuite, un ancien conseiller municipal mais surtout un grand dirigeant associatif, Daouda Diakité

Villierain pendant plus de 35 ans, il a eu un engagement associatif pendant 18 ans, dont 10 ans en tant que Président de l’association FIFTY-FIFTY qui existe depuis 1999 et qui a marqué durablement le tissu associatif de la ville. Sur la période, c’est une centaine de manifestations, ateliers d’apprentissages, divers et variés, en partenariat avec la ville, les associations, la région, le département… Cela fait plus de 1500 bénéficiaires sur la période. Daouda a également été 10 ans Conseiller Municipal à la culture. Aujourd’hui, il se consacre davantage à sa famille notamment les enfants et à ses responsabilités professionnelles d’envergure nationale chez un leader Européen puisqu’il occupe le poste de Responsable du développement national (plus haut niveau du commerce) chez un leader Européen d’installations sanitaires de 150 salariés et 200M€ de chiffre d’affaires. Sa réussite est d’autant plus remarquable que Daouda est autodidacte, qu’il n’a pas le bac. Agé aujourd’hui de 44 ans, il est issu d’une famille nombreuse avec pas moins de 20 frères et sœurs et il a grandi dans le quartier des Hautes Noues. Daouda fait partie de ces personnes méritantes comme Mossi TRAORE que nous avons déjà distingué qui démontrent que l’on peut s’en sortir à force de volonté malgré des conditions parfois précaires.

Voilà mes chers amis la note positive sur laquelle je souhaitais terminer.

Vœux de bonne année

Télécharger le .pdf

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×